Running Sports Trail

O’bivwak, un dernier pour la route

Hello !

Pendant le week-end de pentecôte, comme chaque année depuis 11 ans, je participe au raid d’orientation O’bivwak. Cette année, le lieu choisis par l’organisation est la Loge de Gardes dans l’Allier. O’bivwak pour ceux qui ne connaisse pas, c’est un raid de deux jours qui se pratique en équipe de 2 ou 3 (cela dépend du type de parcours). Plusieurs parcours sont proposés allant du 25km au 50km sur les deux jours avec un bivouac entre les deux. Depuis l’an dernier, l’organisation à crée un nouveau parcours pour ceux qui ne sont pas fans de l’orientation, c’est le trail O’bivwak par contre il y a qu’une seule distance celle de 50km mais le principe est le même que pour le raid mis à part que le parcours est déjà tout tracé.

D’habitude nous faisons le parcours de 25 km sur deux jours où nous n’avons pas à porter notre packtage puisque celui-ci est transporté par l’organisation jusqu’au bivouac, nous n’avions juste à transporter le kit de survie (boussole, sifflet, téléphone, couverture de survie, eau). Mais cette année pour finir en beauté, nous avons choisis un parcours de 35 km avec cette fois-ci le port de notre sac ! Autant vous dire qu’on sent la différence niveau poids, pourtant nous avons essayé de limiter le poids en choisissant des affaires lights (tente, duvet).

De plus, je faisais équipe avec un ami de la famille pour la toute première fois, et j’appréhendais un peu le déroulement de la course, est-ce qu’on allait bien s’entendre sur ce genre d’épreuve ? Est-ce qu’on allait écouter l’autre ? … Mais j’ai été surprise au final de voir que tout se passait bien, sachant que mon co-équipier est un compétiteur dans l’âme et qu’il était ici surtout à cause d’un pari stupide lancé par mon papa. On a su tout les deux s’écouter, si il me fallait une pause, on en faisait une par exemple. Chacun avait son rôle, lui s’occupait de la carte et de nous diriger et moi j’étais là pour lui donner les indications sur la balise à trouver.

Jour 1 :

Nous sommes allés retirer nos dossards, Jérôme et moi d’un côté, et mon père et ma soeur de l’autre. On été deux équipes et nous avons décidés de faire le parcours chacun de son côté afin de savoir qui serait le meilleur. Une fois chose faîtes, je donnes la puce qui nous permettra de valider chaque balise à Jérôme puisque c’est lui qui va aller les pointer vu qu’il est plus rapide que moi et que le parcours est chronométré.
Nous avons pris place dans le sas de départ en faisant vérifier au préalable que nous avions bien nos kit de survie. Et nous avons attendu le départ à 14 h 00.
Une fois celui-ci lancé, nous avons rejoint le panneau indiquant notre parcours pour récupérer le papier avec les coordonnées de chaque balise afin de placer ceux-ci sur la carte. Nous avons choisis de marquer les balise 5 par 5 afin de ne pas trop se perdre sur la carte. Et nous voilà donc partis à la recherche de nos fameuses balises ! Sachez que ces parcours sont chronométrés, nous avons un temps impartis avant d’être disqualifié pour trouver chaque d’elles.
Les 6 premières balises se sont bien passées, nous les avons toutes trouvées dans un temps recors mais après ça s’est corsé un peu…Jérôme s’est un peu emmélé les pinceaux et nous sommes descendus trop bas par rapport à la balise 7, ce qui nous a fait perdre du temps puisque nous avons dû tout remonter car là aussi si vous oublié une balise vous êtes disqualifiés mais vous pouvez toujours finir le parcours c’est juste qu’au niveau du classement vous n’apparaîtrez pas. Après cette balise qui nous a fait perdre pas mal de temps et d’énergie puisque nous avons vu l’équipe adverse nous rattraper du coup, mais nous nous sommes plutôt bien débrouillés et nous sommes arrivés à 20 h 00 (heure limite : 21 h 00).
Une fois au bivouac, l’organisation a mis en place un stand de boissons. Ce qui a valu pour les hommes une bière, alors que ma soeur et moi c’était coca et perrier avant d’aller se coucher tellement on était épuisés par ce premier jours.

 

Dans le sas du départ

Jour 2 :

Réveil en fanfare à 5 h 00, ça peut paraître tôt mais sachez qu’on dort par forcément bien certain vous dirons que oui et d’autre comme moi vous dirons que non, pourtant cette année nous avions un terrain plat et le soleil, ce qui promettait une bonne nuit mais à cette période de l’année le froid est encore bien présent la nuit et pour ma part j’ai eu très froid alors pour dormir c’était pas génial. Le temps de plié la tente et de ranger nos affaire, nous avons pris le départ à 6 h 30, comme pour la veille, nous sommes allés récupérer notre papier à balise avant de prendre la route. On sentait avec Jérôme que ca allait être dur journée puisque nous avions mal de partout..mais nous étions motivés à arriver pour 12 h 00 seulement voilà nous sommes par arrivés à l’heure espérée mais à 14 h 00.. Nous nous sommes trompés sur la carte à un moment ce qui nous a valu un petit détour de 5km au total avec pas mal de dénivelé. Mais dans tout les cas, nous avons rien lâchés et nous sommes allés jusqu’au bout !

Changement de tenu pendant le parcours

 

 

Je vous conseille vivement de faire cette petite expérience nature, pas besoin d’être un expert pour participer, il y en as pour tout les goût et même si on râle sur le moment après coût on est fière de soi et on sait que c’était un expérience qu’on reportera l’an prochain (sauf pour ma part, partant au Canada ce n’est pas possible).

 

Ophé !

No Comments

    Leave a Reply